Salutations, 

Mes sincères excuses pour l'absence d'extrait la semaine dernière.
Comme redouté, la nouvelle suivante (Dawn of Dwarves) est un peu plus compliquée à écrire...Du coup, aujourd'hui, au menu, ce sera encore "Miroir d'argent".
Mais un extrait particulièrement bien dans le thème de cette journée de Saint Patrick, puisqu'il sera ici question de religion (un peu) et de bière (beaucoup).  

*

La colère de Zorak semblait s’être estompée depuis les premières gorgées de bière. Cependant, il restait dans son regard comme un éclat singulier de détermination. Cet air fort familier à ses camarades, annonçant une nouvelle épopée stupidement héroïque du demi-orc. Ainsi, pour essayer de s’en prémunir, et éviter d’autres déboires avec les « grands manitou », Galioneth demeurait docilement à ses côtés, guettant ses moindres faits et gestes. En conséquence, puisque se considérant le sage garde-fou de ce limier elfe noir parfois sanguinaire, Flofgher n’avait d’autre choix que de rester à veiller à son tour, en dépit de la quantité de houblon accumulée au fil des heures. La résistance des nains au poison, et notamment à n’importe quelle substance alcoolique fermentée, aurait dû le prémunir de cet état de somnolence dont il souffrait à présent. Mais la consommation du clerc, ce soir-là, ne s’était pas limitée à la seule chopine rapportée à bout de bras. Et la raison allait bien au-delà de la soufflante prononcée par ces humains de généraux… En dépit de son apparente assurance lors de la précédente réunion de fortune, Flofgher n’avait réussi depuis lors à s’ôter un doute atroce de sa tête, pourtant d’ordinaire bornée et hermétique à tout nouveau concept. En effet, on pouvait reprocher à Zorak sa naïveté déconcertante, dont il découlait une honnêteté sans faille, et aussi féroce que sa lame. Or au milieu des hautes instances l’accusant d’infâme blasphémateur, et en dépit de la menace d’une cours martiale pour juger de son sort, il avait refusé de revenir sur ses propos. Même lui, son vieil ami, n’avait pu obtenir quelque confidence contradictoire ou au moins dissonante avec ses précédentes déclarations. Flofgher avait eu plus de mal à le convaincre de garder le silence qu’il n’en avait eu à endormir les soupçons des chefs. Aussi, ce doute insupportable revenait le hanter, même avec la cervelle pataugeant dans l’alcool : Et si Zorak ne s’était pas trompé ? S’il avait vraiment vu quelqu’un dans le miroir ? Cette question en charriait tant d’autres dans son esprit, comme un éboulis de pierres titanesque généré par le simple battement d’aile d’une libellule. Aussi, à défaut de pouvoir rassurer ses convictions ainsi rongées à vif, il s’était enivré de façon fort excessive. Rien de bien réprimandable pour un gars de Thunderbold, sa contrée natale peuplée de joviaux mineurs, mais trop peu raisonnable pour un gradé de son rang. A tel point qu’en le voyant revenir, Galioneth lui avait demandé s’il cachait un autre tonneau sous son armure d’étoffe.  


« T’es toujours bon pour rouler jusqu’à la remise, Flofgher ?… »


Toujours affalé au sol, à fixer d’un air vide le ciel étoilé, l’intéressé répondit d’abord d’un simple grognement avant de frapper son ventre pour libérer un rot tonitruant.

 

« En voilà, un bon sermon !... » se moqua l’elfe noir. Ses mains sèches faisaient jongler une choppe translucide, qui finit bientôt sa course quelques mètres plus loin dans un éclat de cristal et d’acier. Ce fut en tout cas la dernière chose que Flofgher entendit ce soir-là.

Capture d’écran 2018-03-16 à 23

Portez-vous bien ! :)

Bonus musical (parce, fête irlandaise, certes, mais il ne faudrait pas oublier les pirates écossais pour autant !)


ALESTORM - Hangover (Taio Cruz Cover) | Napalm Records